Male disposability : les hommes sont-ils jetables ?

Le concept de « male disposability » n’a pas de traduction française. Il s’agit pourtant d’un élément fondamental du patriarcat, encore assez peu étudié. Le blog Because it’s 2015 a publié en septembre dernier un dossier assez complet et généreusement sourcé sur le sujet, dont la traduction suit ci-dessous. Les rubriques ont été réorganisées dans un souci de lisibilité.

NB : L’auteur de l’article d’origine refuse de se définir comme féministe (ou comme activiste des droits des hommes) et adopte un regard volontiers critique sur la version « grand public » de l’égalité des sexes. Ce n’est pas la position de Maux d’Hommes, qui préfère mettre en lumière la compatibilité entre l’émancipation des femmes et celle des hommes.

***

Définition

< La male disposability désigne ici la tendance de notre société à négliger la sécurité et le bien-être des hommes par rapport à ceux des femmes. La souffrance entraîne davantage de réactions et d’actions de prévention lorsqu’elle est expérimentée par des femmes. Ce phénomène est renforcé par des considérations de classe, de race et d’âge : « quand une petite fille blanche disparaît aux Etats-Unis, cela devient une affaire nationale » selon les mots du Huffington Post. Cette male disposability est institutionnelle, s’exprimant non seulement dans les attitudes individuelles mais également dans les pratiques des médias, des gouvernements, etc.

Cela ne signifie pas qu’on ne se préoccupe jamais du bien-être des hommes ou que l’on parvient toujours à assurer celui des femmes. Il s’agit simplement de montrer comment le genre d’une personne influence son importance aux yeux de la société, c’est-à-dire généralement de façon négative pour les hommes. La quantité ou la gravité des problèmes expérimentés par chaque genre n’est pas non plus débattue, on parle bien de la manière dont la société adresse ces problèmes selon le genre des victimes (ce qui détermine les efforts de prévention ou au contraire les tabous à briser). Enfin, cet article explore le phénomène dans le monde occidental contemporain. Sans doute est-il plus répandu, mais il serait laborieux d’en prouver à ce stade le caractère universel.

Un livre très important pour comprendre ce concept (et peut-être le premier à l’avoir utilisé) est The Myth of Male Power: Why Men are the Disposable Sex de Warren Farrell (1993). Plus récemment, Karen Straughan a produit une vidéo très populaire sur le sujet, « Feminism and the Disposable Male » (dont la transcription est disponible ici).

***

Démonstration et exemples

  • Expériences psychologiques

Lors d’une étude publiée en 2016 dans Social Psychological and Personality Science sous le titre « Moral Chivalry: Gender and Harm Sensitivity Predict Costly Altruism », des chercheurs ont conclu qu’hommes comme femmes étaient plus enclins à sacrifier des hommes pour sauver d’autres vies, à infliger de la douleur à des victimes masculines en échange d’un gain monétaire et à considérer qu’il était moralement moins acceptable socialement de blesser des femmes.

En 2015, une autre étude publiée dans Evolutionary Psychological Science (« Intrasexual Competition Shapes Men’s Anti-Utilitarian Moral Decisions ») a montré que les hommes étaient plus susceptibles que les femmes de sacrifier trois membres de leur sexe pour sauver la vie d’un membre du sexe opposé. Cette différence a été observée dans des contextes variés mais semble disparaître lorsque la personne sauvée approche cinquante ans. (Sacrifier trois personnes au profil d’une seule est plutôt extrême, il ne faut donc pas y voir la preuve d’une disparition de la male disposability au-delà de la cinquantaine, mais plutôt d’une forte réduction de son effet).

  • Système judiciaire

Après avoir éliminé les biais pertinents (type et gravité du crime, existence d’un casier judiciaire), l’étude « Does Victim Gender Increase Sentence Severity? Further Explorations of Gender Dynamics and Sentencing Outcomes » publiée dans Crime & Deliquency en 2004 a déterminé que les coupables d’aggressions, de vols avec violence et de meurtres recevaient des peines nettement plus lourdes lorsque leurs victimes étaient des femmes.

En 2000, c’est le National Bureau of Economic Research Working Papers qui dans une étude intitulée « The Determinants of Punishment: Deterrence, Incapacitation and Vengeance » a identifié le même biais à propos des homicides involontaires au volant. Les chercheurs avaient choisi cette catégorie de crimes pour son caractère aléatoire et voulaient vérifier que l’identité des parties impliquées n’influençaient pas décisions de justice. A la place, ils ont déterminé que les peines étaient 56% plus lourdes lorsque les victimes étaient des femmes (et 53% moins lourdes lorsque les victimes étaient noires).

  • Traitement des sans-abris

Les hommes sont largement plus susceptibles de devenir SDF, mais ce problème est perçu comme particulièrement grave lorsqu’il touche les femmes. 64% des sans-abris à Portland sont des hommes, pourtant le maire a choisi d’accorder la priorité à l’accueil des femmes sans-abris en se justifiant ainsi : « quand je vois une femme à la rue, cela me touche au cœur et je sais que c’est aussi le cas de mes concitoyens. »  De la même manière, au Canada où 70% des SDF sont des hommes, Dion Oxford de l’Armée du Salut de Toronto déclare qu’il est plus difficile de lever de l’argent pour des foyers pour hommes : « les hommes célibataires d’âge moyen n’intéressent tout simplement pas les donneurs. »

Dans un article de 2013, The Independant s’inquiétait du problème croissant des femmes SDF au Royaume-Uni alors qu’elles ne forment qu’un quart de la population totale des SDF, et à peine 10% des sans-abris (les SDF qui ne sont pas accueillis dans des structures d’urgence). En 2016, le maire de Londres a annoncé des fonds supplémentaires spécifiquement destinés aux femmes sans-abris.

MD2
Dire qu’un SDF sur quatre est une femme est une étrange manière de dire que trois SDF sur quatre sont des hommes.
  • Femmes au combat

Garder les femmes à l’écart des combats n’est pas seulement une question de force physique. Le désir de les protéger joue une large part. Caspar Weinberger, Ministre américain de la Défense entre 1981 et 1987, déclarait ainsi « pour être parfaitement honnête et assumer devant vous mes convictions traditionalistes, je pense que les femmes ont trop de valeur pour partir au combat » (Women in the Military: Flirting with Disaster, p. 126). David Benatar dans le troisième chapitre de The Second Sexism cite un député de la Chambre des Représentants : « nous ne voulons pas que nos femmes meurent ! » Le Major Thomas H. Cecil de l’US Air Force craint dans son rapport de 1988 « Women in Combat :  Pros and Cons » que « la tolérance pour les pertes [soit] bien plus faible si ces pertes incluaient des femmes ».

La même année, dans un dossier sur les femmes militaires, le New York Times expliquait que « les raisons avancées pour maintenir les femmes hors des rôles de combat sont profondément enracinées dans la culture occidentale ». Le Major Gail R. Duke de l’US Air Force confirmait que « nous élevons nos hommes pour qu’ils nous protègent ». Le Premier maître Larry K. Kenavan de l’US Navy déclarait : « s’il y a le feu en mer et qu’il faut verrouiller une écoutille pour sauver le navire, on peut le faire au nez d’un homme. Si c’est une femme en revanche… »

La situation des femmes militaires a évolué depuis les années 1990 (et continue d’évoluer), mais les efforts pour leur inclusion dans des rôles de combat semblent porter sur l’élargissement de leurs perspectives de carrière plutôt que sur la reconnaissance ou la remise en cause de la male disposability.

  • Double standard dans les médias

TVTropes consacre une page à la male disposability sous le titre « Men Are the Expendable Gender ». On y lit que « les spectateurs supportent moins que des femmes soient blessées, torturées ou tuées » et que si le scénario requiert une mort tragique pour illustrer la méchanceté des protagonistes, la victime est souvent une femme. Les personnages masculins sont supposés se mettre en danger voire se sacrifier pour les personnages féminins et sont vus comme des lâches et perdent la sympathie de l’audience lorsqu’ils ne le font pas.

  • Victimes de guerres

L’ancienne Secrétaire d’Etat Hillary Clinton a déclaré que « les femmes ont toujours été les premières victimes de la guerre » puisqu’elles « perdent leurs maris, leurs pères, leurs fils au combat » et qu’elles « se retrouvent seules pour élever les enfants » (pendant que les soldats sont mobilisés). Le fait que les hommes ne soient pas considérés comme les « premières victimes » de leur propre mort est un exemple criant de male disposability. Warren Farrell cite également un article de Parade Magazine de 1990 titré « The Short End of the Stick » [Expression qui désigne une mauvaise affaire, NdT] à propos des quarante millions d’hommes soviétiques tués entre 1914 et 1945. L’expression ne désignait pas ces victimes… mais les femmes obligées de devenir ouvrières ou balayeuses pour combler le manque de main d’œuvre.

Hillary Clinton a fourni une autre illustration de la male disposability lors du troisième débat présidentiel du 19 octobre 2016 en répondant à Donald Trump à propos des réfugiés syriens qu’elle ne comptait pas « fermer la porte au nez des femmes et des enfants » comme s’ils méritaient plus de compassion que les hommes réfugiés. Ont-elles davantage à craindre de Daesh ? Le International Business Times rapporte que sur 1362 exécutions répertoriées de civils, seulement neuf (soit 0,6%) concernaient des femmes.

D’une façon plus générale, les médias et les organisations humanitaires citent souvent spécifiquement le nombre de femmes et/ou d’enfants victimes d’une tragédie, même dans les cas où ces morts sont très nettement minoritaires (ici une compilation).

La couverture de l’affaire Boko Haram en est un excellent exemple. Ce groupe islamiste a reçu une incroyable attention médiatique après avoir enlevé deux cents écolières. Le genre des victimes était au cœur du sujet. A de très nombreuses reprises, cette organisation terroriste avait enlevé ou tué des garçons (notamment en les brûlant vifs) en épargnant les filles sans que le moindre média occidental ne s’en émeuve. Quelques articles ont dénoncé a posteriori ces différences de traitement, comme « Why Kidnapping Girls, but not Burning Boys Alive, Wake Media Up to Boko Haram? » et « The 10,000 Kidnapped Boys of Boko Haram ».

MD4
L’une des nombreuses manifestations de soutien aux fillettes enlevées par Boko Haram.

Adam Jones, chercheur spécialisé dans les génocides et professeur de sciences politiques à l’université de British Columbia Okanagan, est parvenu aux mêmes observations dans le cadre de la guerre du Kosovo et des tueries de masse au Mexique, dans lesquelles les victimes masculines sont ignorées tandis que les femmes, les enfants et les personnes âgées sont scrupuleusement évoqués par les médias.

  • La violence contre les femmes

Les enquêtes de victimisation aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Canada et en Australie indiquent toutes que les femmes ne sont pas plus susceptibles d’être victimes de violences que les hommes. Malgré tout, la violence contre les femmes est souvent traitée comme un problème distinct et plus grave que la violence « normale » contre les hommes.

Un rapport de Statistics Canada affichait ainsi clairement en 2013 qu’il visait à « soutenir les programmes de développement et les initiatives politiques » des groupes et institutions « luttant contre toutes les formes de violence affectant les femmes et les filles ». Ce type de programme revient souvent dans les politiques publiques. Il n’écarte pas explicitement la lutte contre les violences faites aux hommes, mais il implique clairement que la violence n’est pas aussi grave lorsqu’elle ne cible pas les femmes. On peut faire la même remarque à propos du slogan « toutes les femmes ont le droit fondamental de vivre en sécurité et sans violence ».

En réponse à de nombreux scandales ces dernières années, le Gouvernement du Canada s’est penché sur le cas spécifique des enlèvements et des meurtres de femmes amérindiennes, avec un premier effort de 54 millions de dollars en 2016. Patty Hajdu, Ministre pour le Statut des Femmes, a déclaré « le fait que tant de femmes amérindiennes aient disparu et continuent de disparaître est une tragédie et une honte qui touche tous les Canadiens ». Les hommes amérindiens sont deux fois et demi plus susceptibles d’être assassinés et quatre à cinq fois plus susceptibles de disparaître, mais ce sont les morts et les disparitions des femmes qui constituent « une tragédie et une honte ».

En Australie, le Premier ministre Malcolm Turnbull a appelé de ses vœux un profond changement culturel à propos des femmes, considérant que « l’irrespect envers les femmes ne se termine pas toujours en violence, mais toute violence envers les femmes commence par l’irrespect ». En d’autres termes, frapper un homme est juste frapper quelqu’un, tandis que frapper une femme est un manque de respect pour la moitié de la population et demande un « profond changement culturel ».

L’Espagne quant à elle a un système de justice particulier pour les violences faites aux femmes, les Juzgados de Violencia Sobre la Mujer.

[L’auteur ajoute quelques anecdotes moins pertinentes qui n’ont pas été traduites, NdT.]

Enfin, même les criminels répugnent particulièrement à violenter les femmes. Matt Connolly, ancien procureur des Etats-Unis, décrit les deux péchés capitaux qui barrent les portes du « hall of fame » des gangsters : tuer une femme et dénoncer ses complices.

  • Monde professionnel

Le fait que les femmes soient plus nombreuses dans les emplois moins bien rémunérés et gagnent par conséquent moins d’argent que les hommes en moyenne est considéré comme une grave discrimination sexiste et un problème sociétal majeur. En revanche, le fait que les métiers dangereux soient quasi exclusivement occupés par des hommes et que ces derniers sont plus de dix fois plus nombreux à mourir au travail chaque année ne soulève aucun sourcil.

MD3

***

Explication

  • Les causes

Les féministes avancent généralement que la male disposability est le résultat de la moins grande force physique (réelle ou supposée) des femmes. Ce n’est toutefois pas l’unique facteur. Dans la plupart des exemples ci-dessus, la force des victimes importe peu et n’explique pas nos différences de perception.

L’étude sur le sacrifice des membres du même sexe au profit d’un membre du sexe opposé a suggéré que les hommes, pour des raisons de psychologie évolutionnaire et de stratégie reproductive, étaient « plus disposés que les femmes à éliminer des rivaux sexuels » y compris à travers des moyens physiques. Cette explication ne suffit pas non plus, puisque les femmes aussi attachent moins d’importance à la vie des hommes, comme l’ont démontré les autres expériences de l’étude.

Le chercheur David Brin fournit une troisième explication : l’apparence juvénile ou néoténie, le fait que les femmes ressemblent davantage aux enfants que les hommes. D’un point de vue évolutif, cela aurait permis et permettrait encore aux femmes d’inspirer des instincts protecteurs, en particulier chez leurs partenaires.

Enfin, les activistes pour les droits des hommes comme Karen Straughan évoquent généralement le fait que les femmes sont le goulot d’étranglement reproductif. Un homme peut mettre de nombreuses femmes enceintes, mais chaque femme ne peut porter qu’un bébé à la fois. Un groupe souhaitant favoriser la reproduction protégera donc ses femmes au détriment de ses hommes. C’est sans doute ce potentiel maternel qui est sous-entendu lorsqu’on parle de la « valeur » des femmes.

Il y a donc au moins quatre explications potentielles au phénomène.

[L’auteur omet une cinquième piste de réflexion. Les normes sexistes poussent les garçons et les hommes à nier toute faiblesse ou vulnérabilité et à affronter seuls les difficultés qui se présentent à eux (voir ici la bande-annonce de « The Mask You Live In », un documentaire qui explore ce sujet) tandis que les femmes sont supposées moins capables de s’en sortir elles-mêmes et invitées à faire appel à différentes formes de sexisme bienveillant (la galanterie étudiée par Crêpe Georgette par exemple) pour obtenir de l’aide. Il est donc logique qu’une société patriarcale admette plus facilement l’existence d’un problème lorsqu’il touche les femmes, puis soit davantage disposée à leur prêter assistance, NdT]

  • Ces raisons sont-elles bonnes ?

Les femmes sont effectivement le goulot d’étranglement reproductif et dans une perspective nataliste, les protéger lorsqu’elles sont en âge de procréer peut donc avoir un sens. Si la natalité était la priorité, nous n’encouragerions pourtant pas les femmes à entrer dans le monde professionnel et chercherions encore à les cantonner au foyer. Je crois que l’Occident au sens large est assez développé pour qu’on n’accepte plus de telles injustices individuelles au profit du bien commun, mais ce n’est que mon avis.

Il est également vrai que les femmes, en moyenne, sont moins fortes. C’est important lorsqu’on est soldat d’infanterie mais cela ne devrait pas entrer en ligne de compte lorsqu’on punit une agression ou un meurtre. Personne ne suggérerait que s’en prendre à un athlète est moins grave que s’en prendre à une personne normale. La force de la victime peut lui permettre de se défendre mais nous devrions nous intéresser au résultat final de l’agression, pas à l’identité de la victime. Une personne forte pourra être blessée dans une situation où une personne faible n’aurait rien.

D’ailleurs, si on se met à utiliser la différence physique moyenne dans ce cas, on peut aussi l’utiliser pour justifier les discriminations faites aux femmes : considérer le sport comme une occupation masculine, par exemple, et décourager les femmes d’y prendre part à cause des risques.

Même remarque pour la race, puisqu’il semblerait que les noirs soient, en moyenne, plus forts que les blancs. Même si l’écart n’atteint pas celui qui est constaté entre les sexes, on peut espérer que personne n’y cherche la justification du racisme dans le système judiciaire.

  • Peut-on en venir à bout ?

Il est plausible que le phénomène soit en partie instinctif et qu’il ne puisse pas être éliminé complètement. Mais c’est le cas de beaucoup de choses que nous combattons tout de même, comme la violence et la jalousie. Une culture qui les combat, même sans parvenir à les faire disparaître, vaut sûrement mieux qu’une culture qui les accepte voire les encourage.

Il faudrait également se pencher sur d’autres cultures pour voir si elles partagent toutes la male disposability. Dans le cas contraire, c’est qu’on peut bel et bien l’éliminer totalement.

  • Qu’est-ce que cela signifie dans une perspective féministe ?

Ce phénomène ne contredit pas le mouvement féministe, mais il peut remettre en question certaines idées reçues, comme celle qui veut que la situation des femmes est bien pire que celle des hommes, ou qu’arriver à l’égalité sexuelle exige de s’occuper principalement des femmes. Il peut aussi entrer en contradiction avec la vision oppressive du patriarcat selon laquelle les hommes dominent les femmes, puisqu’il s’agit clairement d’un principe nuisible pour les hommes et défendu par les hommes comme par les femmes.

Cet article illustre bien la façon dont la male disposability peut s’inscrire dans un cadre féministe plus large. L’auteur explique que « l’orthodoxie féministe n’est pas incompatible avec la lutte contre la male disposability, que ce soit en théorie ou en pratique ». Ce qui est tout à fait vrai, même si la suite du texte minimise de manière questionnable le phénomène au lieu de montrer clairement la manière dont il peut s’inscrire dans l’analyse féministe de la société. L’auteur affirme ainsi que voir les femmes comme une catégorie protégée traduit « une vision étroite des classes et des races » puisqu’elle ne s’applique qu’à celles qui ont « eu la chance de naître dans les bonnes circonstances ethniques et économiques ». L’exemple du Titanic est cité : si les « hommes riches ont cédé leurs places sur les canots de sauvetage à leurs femmes en première classe, mais ne sont pas morts en plus grande proportion que les femmes de basse classe ». Cette comparaison efface toutefois les différences socioéconomiques et les chiffres utilisés comme source  racontent une autre histoire. Dans toutes les classes, les femmes ont survécu en proportion bien plus importante. Même les femmes les plus pauvres ont un taux de survie 50% supérieur à celui des hommes les plus riches :

1st class women: 97%, 1st class men: 32%

2nd class women: 86%, 2nd class men: 8%

3rd class women: 49%, 3rd class men: 13%

Il ne s’agit pas ici de prouver la male disposability au début du XXème siècle, même si ce ne serait pas difficile (la source mentionne « les stigmates de la honte et de la lâcheté » des hommes adultes ayant survécu au naufrage et quelques années plus tard, pendant la Première guerre mondiale, des femmes humiliaient les hommes non conscrits en leur offrant des plumes blanches pour symboles de leur supposé manque de courage). Le but est plutôt de montrer difficultés qu’ont encore certains féministes, en dépit des faits, à reconnaître et admettre les discriminations sexistes ciblant les hommes. Peut-on imaginer qu’on chercherait à nier ou amoindrir le problème de la plus faible espérance de vie des noirs en affirmant que « les noirs riches vivent presque aussi longtemps que les blancs pauvres » ?

  • Y a-t-il une female disposability ?

Si la male disposability désigne la tendance générale de la société à protéger un sexe au détriment de l’autre, il ne peut y avoir une female disposability dans un sens équivalent sous peine de contradiction. Il est toutefois parfaitement possible que dans certaines circonstances, on se préoccupe davantage du bien-être et de la sécurité des hommes que de ceux des femmes. Si de tels contextes existent, ils méritent évidemment d’avoir leur nom. Certains pourraient citer les violences sexuelles par exemple, mais cela impliquerait qu’on se préoccupe davantage des victimes masculines que des victimes féminines, or il se passe exactement le contraire. Il est également possible qu’en d’autres lieux ou à d’autres époques, des sociétés aient plutôt pratiqué la female disposability. Le présent article ne prétend pas décrire autre chose que le monde occidental contemporain. >

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :